Fiche Pédagogique

Mots clés :
Evidence-based practice, evidence-based medicine, recherche clinique, recherche interventionnelle, méthodologie, méthode qualitative, méthode quantitative, population, critère d’efficacité, mesure, intervention non médicamenteuse, INM, comparaison

1. Résumé
Les autorités encouragent l’évaluation scientifique de ces thérapies en tenant compte de leur singularité et des contextes d’usages [13, 16, 18, 19]. Si ces pratiques ne peuvent pas être évaluées comme des médicaments (« efficacy »), leur évaluation en vrai vie (« effectiveness ») est possible [1, 19, 20]. Une distinction entre des pratiques ayant des effets directs sur des marqueurs de santé et de qualité de vie, appelée par les scientifiques des interventions non médicamenteuses ou INM et des pratiques socioculturelles (ou spirituelle) est possible. Comme l’explique Edzard Ernst [18], tester l’efficacité et la sécurité des médecines complémentaires « n’est pas qu’une obsession de scientifiques, elle concerne la santé individuelle et la santé publique » (p. 299). Cette démarche rejoint l’ambition déclarée en 1986 de Daniel Schwartz à l’égard des « médecines douces », les évaluer avec rigueur en tenant compte de leur spécificité est scientifiquement possible, il suffit de s’en donner les moyens [28].

La recherche invite à dépasser les opinions (« Opinion Based » relevant d’avis issus de traditions, d’intuitions, d’impressions, de messages publicitaires, d’Internet…) et/ou les retours d’expériences individuelle (« Experience Based » issus de témoignages d’utilisateurs et/ou de professionnels) pour s’appuyer sur des données probantes (« Evidence Based ») issues d’études interventionnelles et cliniques permettant de mettre en évidence les bénéfices, les limites, les répondeurs/non-répondeurs et les risques d’interaction avec d’autres thérapeutiques de ces méthodes devenues ainsi des INM.

2. Objectifs
Former aux techniques, aux méthodes et aux démarches de la recherche interventionnelle non médicamenteuse

3. Moyens

  • 20-30 personnes
  • vendredi 19 novembre 2021, de 9h à 18h
  • 8h

4. Participants

  • Professionnels de santé (médecins, pharmacien, infirmiers, kinésithérapeutes…)
  • Autres professionnels de la santé (psychologue, enseignants en APA…)
  • Professionnels de la prévention (animateur ETP…)
  • Professionnels de l’aide sociale (assistante sociale…)
  • Étudiants

5. Fonctionnement
Institut de formation agrée de formation continue, formation médicale continue…

6. Bibliographie

[1] Ninot G. Non-pharmacological interventions: An essential answer to current demographic, health, and environmental transitions. Cham : Springer Nature ; 2020.

[2] Haute Autorité de Santé. Développement de la prescription de thérapeutiques non médicamenteuses validées. Paris : HAS ; 2011.

[3] Haut Conseil de Santé Publique. Place des offreurs de soins dans la prévention. Paris : Haut Conseil de Santé Publique ; 2018.

[4] Organisation Mondiale de la Santé. WHO global report on traditional and complementary medicine 2019. Genève : OMS ; 2019.

[5] Ministère des Solidarités et de la Santé. Stratégie Nationale de Santé 2018-2022. Paris : Ministère des Solidarités et de la Santé ; 2018.

[7] Glasziou P, Meats E, Heneghan C, Shepperd S. What is missing from descriptions of treatment in trials and reviews? Brit Med J 2008;336(7659):1472-1474.

[8] Hoffmann TC, Erueti C, Glasziou PP. Poor description of non-pharmacological interventions: analysis of consecutive sample of randomised trials. Brit Med J 2013, 347; f3755.

[9] Organisation Mondiale de la Santé. WHO traditional medicine Strategy: 2014-2023. Genève: OMS ; 2013

[11] Haute Autorité de Santé. Plan Psychiatrie et Santé Mentale, 2018-2023. Saint-Denis : HAS ; 2018.

[12] Sénat. Rapport 480 au nom de la commission d’enquête sur l’influence des mouvements à caractère sectaire dans le domaine de la santé. Paris : Sénat ; 2013.

[13] Académie de Médecine. Thérapies complémentaires – acupuncture, hypnose, ostéopathie, tai-chi – leur place parmi les ressources de soins. Paris : Académie de Médecine ; 2013.

[14] Wieland SL, Manheimer E, Berman BM. Development and classification of an operational definition of complementary and alternative medicine for the Cochrane Collaboration. Altern Therap Health Med 2011: 17(2); 50-59.

[15] Ninot G. Démontrer l’efficacité des interventions non médicamenteuses : Question de points de vue. Montpellier : Presses Universitaires de la Méditerranée ; 2013.

[16] Falissard B. How should we evaluate non-pharmacological treatments in child and adolescent psychiatry? Europ Child Adol Psychiat, 2015:24(9);1011-1013.

[17] Ernst E, Smith K. More harm than good? The moral maze of complementary and alternative medicine. Cham : Springer ; 2018.

[18] Ernst E. Ethics of complementary medicine: practical issues. Brit J General Pract 2009:59(564); 517-569.

[19] Boutron I, Ravaud P, Moher D. Randomized clinical trials of non pharmacological treatments. Bacon Raton : CRC Press Taylor and Francis; 2012.

[20] Gueguen J, Hill C, Barry C. Complementary medicines. In Wiley StatsRef: Statistics Reference Online. Hoboken : John Wiley & Sons, Ltd ; 2014.

[21] Carbonnel F, Ninot G. Identifying frameworks for validation and monitoring of consensual behavioral intervention technologies: Narrative review. J Med Internet Res 2019:21(10): e13606.

[22] Van Norman GA. Drugs, devices, and the FDA: Part 1: An overview of approval processes for drugs. JACC: Basic Translational Sci 2016:1(3);170-179.

[23] Van Norman GA. Drugs, devices, and the FDA: Part 2: An overview of approval processes: FDA approval of medical devices. JACC: Basic Translational Sci 2016: 1(4); 277-287.

[24] Boutron I, Moher D, Altman DG, Schulz KF, Ravaud P, CONSORT Group. Methods and processes of the CONSORT Group: Example of an extension for trials assessing nonpharmacologic treatments. Ann Intern Med 2008: 148(4); W60-W66.

[25] Bartholomew LK, Parcel GS, Kok G. Intervention mapping: A process for developing theory- and evidence-based health education programs. Health Educ Behav 1998: 25(5); 545-563.

[26] Mayhew DJ. The usability engineering lifecycle: A practitioner’s handbook for user interface design (interactive technologies). London: Morgan Kaufmann Publishers; 1999.

[27] Craig P, Dieppe P, Macintyre S, Michie S, Nazareth I, Petticrew M. Developing and evaluating complex interventions: The new Medical Research Council guidance. Int J Nurs Stud 2013: 50(5); 587-592.

[28] Schwartz D. Peut-on évaluer les médecines douces? Sci Soc Santé 1986: 4(2); 75-88.

[29] Ninot G. Guide professionnel des interventions non médicamenteuses (INM). Paris: Dunod; 2019.

[30] Ioannidis JP. How to make more published research true. PLoS Med 2014: 11(10): e1001747.